L’île piétonne d’Armona.

Nous avons pris le bateau à Olhao, ce jour là, 22 septembre 2020, pour nous rendre sur l’île d’Armona.

Je ne savais pas que j’allais vivre un vrai coup de coeur intergalactique.

Alors peut-être que cette rencontre était ce dont j’avais besoin sur le moment, (j’en connais qui trouve cette île sans intérêt. Hein ? Quoi ? Ah ah !) mais en tout cas j’étais loin de me douter qu’Elle allait tant me plaire.

En effet, en arrivant sur l’île, les quelques maisons donnant à même la plage sont sans prétention (mais quand même, elles donnent directement sur le sable, c’est quand même assez rare !). Quelques barques et bateaux sont amarrés et nous sommes pratiquement directement accueilli par un bar un un petit commerce de souvenirs, jeux de plage, etc. Rien de transcendant. Entre les deux, une allée piétonne bétonnée, bordées de petites maisonnettes.

Ce sont des maisonnettes typiques ou pas, plus ou moins végétalisées, posées sur le sable, les unes à cotés des autres, comme une frise plus ou moins colorées. La marche est un peu longue et je me demande ou ce chemin va nous mener. Ce chemin soit dit en passant est l’artère principale de l’île.

Après avoir passé ces maisons, ce parc pour enfants fermé pour cause de COVID, un camping avec de petits bungalow bleus, il est deux maisons dont l’entrée est digne d’un film de pirate ! De quoi se dépayser encore un peu plus…

Juste après un restaurant, dernier témoin de la civilisation, se dessine un interminable chemin en bois.

Au croisement du ciel et du sable

C’est là que l’on passe encore une autre dimension. J’ai l’impression d’une terre étrangère, d’être hors continent. Je suis toujours séduite par les immensités naturelles, et par l’Horizon (partie intégrante de moi, je l’aime, il a du sens, et je fixe sur lui des idéaux qui me poussent à avancer)

L’horizon est sans limite, tout comme nous si on en prends conscience.

A tout ceux qui aiment les îles désertes, la solitude, la paix, la nature et se ressourcer, vous trouverez tout ça tout au bout de ce chemin de bois. Moi qui était si stressée, j’ai eu là un grand coup de calme sur la tête, et ça fait un bien fou… L’environnement m’a obligée au no-stress, comme un cheminement à l’envers de ce qu’on a l’habitude de connaître.

Je n’avais jamais vécu ça avant ce jour…

Comment je fais pour bien vendre avec Vinted !

J’ai une routine sur Vinted pour bien vendre et elle marche comme vous pouvez le constater ! C’est ce que je vais vous confier de suite:

Je ne vais pas vous expliquer ce qu’est Vinted, ni son fonctionnement car il existe des milliers de tutos et de vidéos qui vous l’expliqueront très bien, n’hésitez pas à aller voir sur YouTube, Vinted est simplissime à utiliser. Cet article s’adresse aux Vinties qui connaissent le fonctionnement général, car je veux juste vous apporter, à mon sens, une (grosse) valeur ajoutée.

Sachant que la France a fait décoller Vinted, reste-il encore des personnes qui ne connaissent pas ce site/cette appli ? (Plus pratique via l’appli) C’est une preuve qu’ils n’ont pas besoin de pub et que je fais cet article sans aucune collaboration avec eux, juste pour que vous aussi, vous puissiez vendre aussi bien que moi !

Alors pour commencer, un conseil basique mais qui a son importance: Votre article doit être net, sorti de ton étendoir ou repassé c’est encore mieux, mais net ! Car personne n’a envie d’acheter un vêtement fripé, ou alors au prix d’une fripe !

1. L’importance du choix de l’article:

Choisissez des articles de qualité, c’est à dire n’essayez pas de vendre un article trop fatigué (Donnez le plutôt à Emmaëus qui saura le recycler)

Faites un joli feed de votre boutique, qui donne envie d’acheter ou mieux, de vous suivre !

2. Les photos: (20 au maximum, donc on bombarde !!)

On est pas sur INSTA, mais elle doivent être jolies et donner envie quand même. Prenez un fond neutre et clair, comme un joli parquet, un mur blanc, quelque chose de simple et d’épuré. (Evitez les lits, les couettes ou tapis bariolés)

TOUTES sous une bonne LUMIERE DU JOUR et SANS FILTRE (pour avoir la couleur au plus près de la réalité)

Idéalement je prends mon article en plongée, pour une vue d’ensemble globale.

Puis je décline les détails:

Puis une vue d’ensemble plus proche, même si on ne voit pas le bout d’une manche ou le bas d’un chemisier.

Puis une vue de très près, qui scrute les détails: Le col, un ou deux boutons, une poche, la marque, la taille, les finitions.

Puis vue d’encore plus près, pour bien voir le tissu (ici la photo en question fait 2 en 1, car elle montre aussi la fermeture à l’entrejambe avec les boutons-pressions), afin que la potentielle acheteuse puisse voir au mieux la texture et la qualité. (On est pas encore dans la réalité virtuelle augmentée mais on s’y rapproche) Ça met en confiance, on a l’impression de visualiser la qualité de l’article et de se le figurer comme si on l’a sous les yeux ! Même s’il est un peu bouloché par exemple.

Cette photo est hyper importante (Elles le sont toutes !) car ça fait de vous une vendeuse de confiance, donc moins de mal à acheter que si on doute des photos ou si elles ne sont pas assez précises et qu’il faut MP pour avoir plus de renseignements et donc de certitudes.

Non, cette photo est là pour faire gagner du temps à la personne qui est intéressée, à vous aussi , et permet de profiter de l’impulsion d’achat qu’on a en général dans l’immédiat (sinon on prend le risque que la personne se lasse, et qu’elle ait envie d’aller voir ailleurs surtout si c’est un produit qu’elle recherche)

Et vous ne donnez pas l’image de vouloir vendre n’importe quoi à tout prix (C’est malheureusement pas le cas de beaucoup de personnes, donc démarquez vous !)

LE MUST c’est de mettre les mesures en photos, ça permet à la Vintie de renforcer la confiance dans l’achat qu’elle risque de faire (car pas de retours sur Vinted les Lituaniens !) et en même temps de se sentir considérée en regardant vos articles.

Vous allez me dire c’est long !!! Et bien non (ou peut-être au début histoire de prendre le pli) mais personnellement je mesure avec un mètre de couturière que je laisse poser sur l’article, et je prends la photo d’ensemble puis celle du détail qui marque bien la mesure (en deux clics c’est bouclé !)

3. Titre et description:

Le titre décrit basiquement l’article:

Dénomination (pantalon, veste etc.), Genre (femme, fille, bébé garçon, mixte), Taille. Si l’article est neuf le mieux est de l’indiquer dans le titre. Couleurs, si c’est jaune pâle mettre vanille, jaune pour jaune citron ou jaune soleil, framboise pour fuschia, rose flashy quand c’est un peu fluo, etc. Les couleurs qui reprennent le goût de fruits ou à des font appel à plus de sens et suscitent mieux l’envie.

Ça pourrait donner:

 » Sweat bébé fille framboise 12 mois NEUF » ou « Pantalon homme noir t.40 »

L’importance de la description:

Elle doit être aussi précises que vos photos, et faite avec des phrase. Il faut donner le plus d’info possibles.

Tout d’abord je reprends les bases du titre dans une phrase, c’est mon introduction. Puis je donne la composition, écris les mesures (longueur, largeur etc) Je dis si ça taille normalement, petit etc.

Je donne également son histoire: s’il a été peu ou bien porté, ou jamais, s’il a de petits défauts comme un peu bouloché (Soyez honnête, ça paie !) mais si l’article mérite une seconde vie (comme les pyjamas des bébés quasi-neuf parce qu’ils grandissent si vite !)

Décrivez aussi la photo faites de très très prêt, pour montrer l’état du tissu en la mentionnant, en disant que vous l’avez prise dans le but de bien faire visualiser l’état, la qualité du tissu de votre article.

Idéalement c’est sympa aussi de raconter l’article, de donner son histoire, ça permet de visualiser l’article dans une ambiance, un état d’esprit dans lequel on s’identifie:

Exemples: A été porté une fois pour l’anniversaire de ma fille, ou avec ce pull j’ai fait un super shooting de mon bébé.

Evitez de dire évidemment : « Cette très jolie robe noire a été portée dans un enterrement » Aucun intérêt à avoir l’histoire dans ce cas là, et ne mettez pas l’histoire sur tous les articles car ce n’est pas naturel, nos vêtements n’ont pas tous une histoire, ou si la plus souvent c’est « vêtement de tous les jours » donc bon…

4. Entretien des vêtements:

Je vous conseille vivement de prendre soin des vêtements, si vous comptez les vendre ensuite. Mais cela ne veut pas dire être figé dans le total-contrôle afin de ne pas les abîmer ! Et les enfants, il faut bien qu’ils vivent, on ne va pas les priver de s’amuser et de se salir sous prétexte qu’on veut revendre plus tard ce qu’ils portent maintenant !

Donc là aussi j’ai des astuces:

ASTUCE 1: Bien utiliser sa machine à laver

Tout d’abord je lave pratiquement tous les habits sur un programme délicat avec un essorage léger (800 tours pour moi). Si un article est vraiment tâché, je choisis le programme coton avec toujours un essorage à 800 tours.

De plus, les lessives vendues dans le commerce sont très agressives, j’ai pu le constater à maintes reprises… Quand elles ne sont pas (toutes) nocives pour la santé et l’environnement, mais ça c’est encore un autre sujet !

C’EST L’ESSORAGE ET LA LESSIVE QUI ABIMENT LES VÊTEMENTS !

ASTUCE 2: L’importance du choix de la lessive

C’est pourquoi j’utilise une lessive pour laine et soie qui est écologique, et j’ai remarqué qu’elle lave très bien et qu’en plus la qualité du tissu est entièrement préservée (toujours avec les programmes sélectionnés ci-dessus et dans les doses recommandées, et à moins que la qualité au départ soit défaillante ! Ça aussi c’est un autre sujet possible d’article que je devrais éventuellement partager avec vous !)

L’inconvénient de cette lessive pour beaucoup de gens est qu’elle diffuse très peu de parfum, parce que le parfum (entre autre) c’est en général un truc bien chimique qui, respiré, bousille le cerveau quand il n’est pas directement allergisant pour la peau (Je rétrécis un peu, mais c’est à peu près ça !) En plus la plupart du temps, les gens veulent une lessive qui décape et qui simplifie la vie, ce que je peux comprendre (mais au dépend de quoi ! De notre santé, de la nature, des vêtements que l’on achète… et qu’on revend ah ah !)

ASTUCE 3: Contre les tâches tenaces !

Avec les enfants, les vêtements sont souvent bien tâchés. Dans ce cas, je mouille l’endroit tâché, je mets un peu de produit vaisselle (écolo et spécial biberon pour ma part), il n’y a pas meilleur dégraissant et nettoyant que le produit vaisselle ! Et je saupoudre de percarbonate de soude, détachant-blanchissant vendu en poudre d’un kilo, complètement naturel, donc écolo, et terriblement efficace! J’en mets un peu dans le lave linge également, mais sans abuser. Je laisse poser deux-trois heures et je passe en machine avec la lessive habituelle.

Et bien, aucune tâche, je dis bien aucune, n’a résisté jusque là à cette routine ! (Après je suppose qu’il peut y avoir des exceptions ! J’attends vos avis !)

5. Vendre à la bonne saison:

Evidemment vous vendrez moins bien un maillot de bain en hiver (pas impossible, mais sûrement négocié !) qu’en mai ou juin, même en été, où vous pourrez vous permettre de le vendre à un prix très satisfaisant. Pareil pour le gros pull en laine, à moins que ce soit du Dior à 50 euros et en cachemire, vous ne le vendrez pas en été, et il sera perdu dans le flot de tous les vêtements mis chaque seconde à une très grande vitesse, et dont la saison correspond !

Conclusion:

Ces astuces vous semblent compliquées ? C’est juste une organisation et quelques habitudes à changer, qui en plus vous rendent service à tous les niveaux et qui bénéficient à notre terre si malmenée. Et puis c’est assez motivant quand on sait que ça paie ! Non ?

Ce système marche tellement bien que je me permets d’acheter un peu plus de fringues neuves surtout pour mes enfants, sans attendre les soldes, et je peux aussi mieux les choisir ! J’ai moins de cas de conscience.

Et je prends le haut du panier, chez Zara notamment, car plus c’est joli, mieux je vais le vendre, et c’est comme si c’était les soldes avant l’heure, car je récupère facilement une partie de mon investissement. Il suffit que mes enfants changent de taille pendant la saison dans laquelle j’ai fait l’achat, que je le vends très bien et à bon prix pour moi mais aussi pour l’acheteur, c’est vraiment un rapport gagnant-gagnant. Si la saison est passée ce sera pour l’année prochaine !

J’ai fait une moyenne, pour me situer et elle est à 6 euros l’article (C’est une moyenne mais ça vous situe un peu ce qu’on peut avoir avec de bons automatismes !)

Et une dernière astuce pour la route:

Si votre article est énormément mis en favori et qu’il a beaucoup de vue et qu’il ne part pas au bout d’une semaine, re-prenez des screens de vos photos et re-publiez le direct en effaçant l’autre. Parce que d’une part, ceux qui ont eu du mal à se décider se décideront direct en revoyant votre article s’il le veulent vraiment , et d’autre part il sera de nouveau vu par pleins de monde dans les premières pages du feed général de ce à quoi il correspond.

S’il a des vues « normales » ainsi que quelques mises en favori et qu’il n’est pas parti en deux mois, reprenez des screens et republiez votre annonce.

Ça relance la machine et vous donne des chances de vendre mieux sans non plus brader à mort !

ÇA Y EST VOUS ÊTES PRET(S) !!!

Dites moi ce que vous en pensez, si vous avez suivi mes conseils, si vous avez eu des difficultés, ou des facilités, n’hésitez pas je suis curieuse !!

Activité simple pour tous petits.

Cette activité simple est pleine de bienfaits !

Matériel:

– Différents contenants: Ici des gobelets et petits godets en plastique, moules à muffins en silicone de couleurs différentes, mais ça peut-être une cuillère, des bouteilles en plastiques (vides !) de différentes tailles, pots de yahourts , petits suisses, cubes emboitables, une dinette, ou même tout cela en même temps !

– Du riz dans un plat.

Mode d’emploi:

On transvase de l’un à l’autre, du grand au petit, du dur au mou, on touche le riz, on le laisse glisser entre les doigts, on les remplit tous et on les re-vide dans le plat, etc.

Cela peut servir de support pour apprendre les couleurs, ou apprendre à comprendre et exécuter une consigne: « Mets du riz dans le gobelet bleu. », « Renverse le riz dans le plat » (Ça développe aussi le vocabulaire lié à l’activité: gobelet, riz, plat, bouteille, rouge, etc.)

Bénéfices:

Alors déjà, ils passent un super moment, ils adorent, car ils font des trucs de « grands ». Et c’est un « temps calme » appréciable aussi pour les parents !

Ça travaille aussi la concentration, la motricité fine, l’oralité. C’est une activité que je fais avec mes enfants d’un et deux ans (non non ils ne sont pas trop petits au contraire), toujours sous surveillance et accompagnement.

L’avantage de cette activité c’est qu’on peut la faire n’importe ou (chez soi, en vacances) elle est légère et mobile, et on peut la faire dans la nature, le riz c’est biodégradable ! Donc pas besoin de grand nettoyage si on est sur l’herbe, ou en forêt, les fourmis et autres êtres vivants s’en chargeront ! Et ailleurs dans un endroit clôt, un coup d’aspi et c’est fini !

Variante:

Avec des pois chiches, lentilles sèches, sucre, farine, sel, café moulu ou en grains, ou même tout cela en même temps, mais j’y reviendrais avec un autre article, car plus salissant et plus contraignant, mais avec les mêmes bénéfices, voire plus ! Chez nous on appelle ça « La patouille ».

Efficace, non ? Laissez-moi en commentaires vos avis, vos expériences en terme d’activité pour tout petit !

« Les bruits du jardin » des Editions Usborne.

« Les bruits du jardin »: Un superbe livre tactile et sonore des Éditions Usborne, une édition originale que j’affectionne particulièrement !

Conçus aussi pour les bébés, juste avant que votre enfant pointe du doigt, ou pour l’aider à obtenir cette acquisition !

Voici mon lien INSTAGRAM où j’explique les avantages de ce livre plus en détails:

Consommation, dépenses, achats


fleurdecarabistouille.fr “Tous droits réservés

Niveau consommation, j’essaie d’avoir des choses matérielles pérennes.

Et c’est vraiment compliqué dans notre société actuelle, qui fait tout pour qu’on crache notre argent 40 mille fois dans le même objet, qui inlassablement se détériore, alors qu’on en a un réel besoin . On nous empêche finalement d’évoluer en investissant ailleurs, car notre argent va toujours dans les mêmes poches, ceux des fabricants et des distributeurs, alors que nous leurs permettons d’investir et de prospérer, ce à quoi nous n’avons, à cause d’eux, pas droit !

Obsolescence programmée, JE TE DÉTESTE !

Souvent, en tant qu’acheteuse, je ne me sens pas respectée à cause de cela, que je mette le prix ou pas.

Et à force de me sentir si peu respectée par les gens que j’enrichis, je choisis scrupuleusement où j’achète , ce que j’achète, en scrutant les matières et matériaux, et en prenant en compte aussi de l’usage que je vais en faire, mais aussi le prix que je pense que ça vaut vraiment à mes yeux. Et je n’en déroge pas. Quitte à ne pas acheter, ou peu. Sinon ils gagnent.

C’est ça aussi que je souhaite partager avec vous.

De cette prise de conscience très forte a découlé une autre manière de consommer.

Je n’achète plus pour acheter, pour juste consommer, je trouve que c’est vain, et que le plaisir que j’en tire est lui aussi très éphémère quand seulement il existe !

Donc je réfléchis avant d’acheter et je prends le temps. Quelquefois je garde l’achat que je veux faire dans un onglet de mon ordi et je le regarde tous les jours, et ce pendant au moins 15 jours. Résultat: Soit je finis par m’en lasser et je me dis que c’est top , que j’ai économisé de l’argent et que j’aurais fait un mauvais achat, soit je l’achète et je sais que je vais l’aimer pour longtemps et là c’est chouette aussi !

…En espérant qu’il dure longtemps. Et en faisant ainsi, je trouve que j’achète moins et mieux !

fleurdecarabistouille.fr “Tous droits réservés

Acheter des vêtements par exemple, on fait comment ?

C’est là, qu’intervient le choix des matières.

Pour les fringues, je privilégie les matières qui ont le plus de chance de durer et dans lesquelles on se sent bien, les matières naturelles (coton, laine, soie, lin, etc) , mais j’aime aussi la viscose, qui a un joli tombé, qui est agréable à porter, qui est une matière artificielle pourtant mais qui ne fond pas sous la flamme, comme le polyester que je déteste et que je boycotte largement depuis des années. J’ai fait l’exception pour une veste de tailleur, quand le polyester revêt l’apparence d’un joli crêpe.

Et il y a aussi le tencel (ou lyocell) matière écologique faite à partir de bois, et qui est aussi DURABLE (moi qui cherche des vêtements qui durent !), agréable à porter, ce tissu a tout pour lui !

Quand j’aime un pull, ou un meuble, un objet, un truc qui ne se mange pas, j’aime pouvoir les garder longtemps (en général, car il y a toujours des exceptions), car justement je les aime pour longtemps.

Par la déception vient le changement puis la Liberté !

Alors je suis souvent très déçue quand je vois que cela s’abime vite. Mais ça me permet aussi de tirer un trait sur certaines enseignes, ou matériaux utilisés par exemple, car c’est moi qui décide, et ce droit je m’en sers à tout va, pour ne pas perdre de vue ma liberté en tant que consommatrice. Chaque achat m’apprend quelque chose, et j’affine mes choix et mes critères, mes sélections et je trouve assez de satisfaction dans tout ça, et je me sens moins manipulée par le système car j’achète mieux et plus consciemment. J’ai l’impression un peu de renverser la vapeur !

En faisant comme ça je n’accumule pas, ou moins. Et c’est agréable.

Et si je vois que j’ai trop de choses ou que j’ai fait un mauvais achat concernant mes fringues (oui ça arrive et c’est comme ça qu’on apprend encore et toujours !), et bien il y a Vinted (dont je vous parlerai bientôt, j’ai tellement de choses à dire sur ce site sur lequel je me fais pas mal d’argent. J’en viens même à me payer une partie de mes vacances ! )

Consommation militante ?

C’est pourquoi quand je parlerai ici d’un objet, fringues, baskets, livres, etc, c’est que je pense qu’il en vaut le coup, et je souhaite que comme moi, vous fassiez de bons achats, car si on fait tous de bons achats , on peut forcer les vendeurs d’éphémère à revoir leurs produits, à nous proposer de la qualité, à nous respecter quoi !

Est ce que ça vous est déjà arrivé d’avoir fait un achat qui vous fait sentir que vous n’êtes pas respectés ? Si oui, avez-vous modifié votre manière de consommer ? Comment ?

Canicule

fleurdecarabistouille.fr “Tous droits réservés

Sécheresse estivale ne fait pas fondre le gras de mon ventre…

La marque qui commercialise cette robe lui a donné un nom de couleur étrangement adapté au temps caniculaire: Orange brûlé ! Ils auraient pu dire « Terracota », ou Terre de sienne, non ? Je me suis dit c’est le moment idéal de la passer ! Le sac vient de Bali , il est si sec que j’ai peur qu’il prenne feu ! Et comme toujours, je privilégie le confort avec ces baskets que j’adoooore ! Elles sont bleues marines avec des bandes colorées, pas flashy, juste jolies, comme pour dire « je suis originale et j’ai du style mais sans être excentrique » ! (oui oui c’est la basket qui parle !)

Pendant ce temps j’attends la pluie ! 🙂

#etresoimêmeounepasêtre

Bienvenue !

fleurdecarabistouille.fr “Tous droits réservés

Étant une maman tardive grâce à mon fils de deux ans et ma fille d’un an, ce blog s’adresse à toutes les mamans, papas, mamies, papis, femme sans enfants, bref, tous ceux dont les sujets traités ici les intéressent !

Ça fait un moment que je souhaite passer le cap , mais j’avais une sorte de peur… Et je me suis dit que si je surmonte cette peur, je fais un pas en avant, je gagne, car si on ne la surmonte pas, c’est elle qui gagne, nous envahit, et finit par contrôler nos vie. (Enfin, d’une manière générale !)

La peur, finalement, c’est souvent de l’ignorance, un manque de connaissance, parfois un manque de confiance en soi, tout ceci est très lié.

Peur du cheval ?

Un exemple simple: Une amie me disait quelle allait faire du cheval, et qu’elle déteste les chevaux ! J’étais super étonnée… Où avait-elle côtoyé cet animal ? Peut-être avait-elle eu des étalons dans sa vie, mais je doute qu’il s’agisse du même type d’animal (Ouais j’ai un humour fou ^^)

Bref, je ne comprends pas sa haine face à un animal si gentil, qui en plus historiquement à contribué pleinement à l’évolution de l’homme, en portant ses charges lourdes ou encore en étant son premier moyen de transport, et qui y participe encore aujourd’hui: Il y a des thérapies faites avec les chevaux. Leurs sensibilités au monde qui nous entoure, à nos émotions dont ils captent chaque parcelle nous rend humbles.

Mais en fait mon amie dit détester, car elle en a peur, et elle en a peur car c’est l’inconnu pour elle. Depuis, ça va un peu mieux, la rencontre était déjà un accès à la connaissance. 🙂

Cet exemple peut s’appliquer au racisme, à l’homophobie, aux chats (ou n’importe quel animal), ou juste à son voisin un peu décalé, ou encore à moi , sage mais si excentriques à mes heures !

Peur et ignorance vs Connaissance et Action !

Cet exemple est facilement compréhensible, mais des fois ce n’est pas aussi évident de faire le lien entre peur et ignorance.

Car oui l’ignorance mène à la peur, puis au rejet, voire à la haine. Connaître c’est s’informer, vivre le moment, comprendre.

Pour ma part, je suis allée m’informer sur les différentes peurs qui limitent la plupart des gens, moi comprise ( là j’ai été chercher de la connaissance) puis j’ai décidé (car c’est d’abord une prise de conscience, puis un choix ) d’aller l’affronter, de la dépasser pour ne pas rester dans un immobilisme qui me plongerait dans le regret.

Des fois, surmonter une peur est plus facile que l’appréhension que l’on avait d’elle. Lire, connaître, vivre, se renseigner, s’imprégner en toute humilité, vierge de tous préjugés, permet l’accès à la connaissance et au recul de la peur dans nos coeurs.

Alors me voici !

Et elle a déjà disparu, elle laisse place à un plaisir d’être juste là. Alors bienvenue !

Ça vous parle ? Avez-vous déjà vaincu des peurs ? Si oui comment ? Qu’est ce que ça vous a apporté dans votre vie ? Qu’est ce qui a été le plus dur ? L’appréhension n’est-elle pas plus forte que vivre le passage à l’acte vers la délivrance ?